Acro Concept

Artisanat et textile africains Maison et jardin

Écrit par yhxejdt
Un pouf indigo par Eva Sonaike

Tradicalement, la décoration d'intérieur ne faisait pas partie intégrante de la culture africaine quotidienne », explique Eva Sonaike, la designer de la marque éponyme d'intérieur de luxe de luxe. « La vie en Afrique se faisait à l'extérieur et beaucoup avaient un mode de vie nomade. À l'intérieur, c'était pour dormir ou se cacher du soleil. Les tissus et l'artisanat étaient faits pour la tradition ou pour le commerce ».

Et pourtant, la demande d'articles d'intérieur "africains" a récemment augmenté, qu'il s'agisse d'un imprimé ou d'une nappe Yinka Ilori, des coussins d'Eva ou d'un drapeau Asafo. Il fait partie d'un mouvement plus large ; les deux dernières années ont vu une augmentation des artistes africains et des artistes du patrimoine africain présentant des expositions personnelles dans de grandes institutions, Dior a collaboré avec des artistes africains pour le salon croisière 2020, l'African Contemporary Art Fair du 1:54, qui revient à Somerset House en octobre, a pris de l'importance d'année en année, et Yinka Ilori vient d'annoncer une exposition avec le Design Museum pour l'été 2022. une augmentation du désir de toute façon. Les couleurs des tissus sont si exaltantes que nous avons tous passé des mois à la maison et les histoires liées à l'artisanat sont fascinantes et uniques ». Étant donné que les voyages ont récemment été difficiles, voire impossibles, le moyen le plus évident de se connecter avec ces histoires a été de les emmener avec nous.

Les tendances d'intérieur rétro ont actuellement un moment et comment elles ont commencé

L'histoire de l'Afrique est complexe et, en cette ère postcoloniale, appeler Africain, c'est ignorer la grande différence entre les pays du nord ou de l'Afrique subsaharienne, ainsi que les différentes ethnies qui n'étaient pas prises en compte lors de leur départ. J'ai posé des limites lors de la conférence de Berlin de 1885. A cela s'ajoute la question délicate de l'appropriation culturelle, que personne ne veut accuser. « Il y a quelque chose de très différent à acheter quelque chose qui a été délibérément conçu pour l'exportation », explique Manitou Nsaka. Il travaille avec des artisans de la tribu Kuba au Congo, qui fabriquent des textiles exquis avec des fibres de raphia obtenues à partir des feuilles séchées d'un palmier ; la texture est comme du velours. "J'ai vu une grande marque d'intérieurs de rue qui vendait des oreillers qui étaient évidemment d'inspiration cubaine, mais n'avaient aucune étiquette expliquant leur origine, et quand j'ai demandé à l'un des participants du magasin, il a simplement dit qu'ils étaient "tribaux". "C'est une appropriation culturelle."

Oreillers tissés à partir de fibres de raphia de la tribu Kuba au Congo

Plutôt pour Manitou, qui vend via Akojo Market, qui est la première plateforme britannique d'accessoires et d'articles ménagers (en plus de la mode et des bijoux), et qui est congolaise : « Je veux que les gens du monde entier connaissent les tissus Kuba. , je veux que les gens les achètent. Cela signifie également que la tribu peut former de jeunes artisans qui auparavant ne voulaient pas le faire parce qu'il n'y avait pas d'argent. » Akojo Market imprime l'histoire de tout ce qu'ils vendent, qu'ils soient brodés par les femmes du projet Milaya qui soutient les réfugiés sud-soudanais vivant en Ouganda, créant des opportunités de vendre leurs objets artisanaux, des cuillères finement sculptées fabriquées par la tribu Makonde mettant en valeur la beauté du bois noir africain, des draps de couleur indigo tissés et teints à la main par le peuple Dogon du Mali, des serviettes au toucher délicat faites à la main -filé de coton éthiopien, et plus encore.

Écrans lumineux Beabond du Ngamiland Basket Weavers Trust

D'autres endroits à explorer sont Lola & Mawu, qui propose une large sélection d'accessoires, des tapis Creative Journey pour les tapis marocains et authentiques berbères, des textiles africains pour les tissus Urbanstax et Adire pour les tissus et drapeaux Asafo, comme, vous l'aurez deviné, les drapeaux Asafo. L'histoire de ceux-ci remonte au moins au XVIIe siècle, lorsque les jeunes des villages de Fante ont commencé à adopter des cadeaux européens pour un usage local ; Elmina, au Ghana, a été la première grande colonie européenne en Afrique de l'Ouest. Il existe depuis longtemps un marché pour eux, mais « les drapeaux vintage sont très difficiles à trouver et je voulais travailler avec les fabricants de drapeaux restants pour produire des drapeaux nouvellement créés (et plus petits et plus abordables) pour les garder au travail et leur donner le possibilité de former les membres de la famille à la forme artistique », explique Barbara Eyeson. Ferelith Moltke de Beabond, qui a vécu au Botswana entre 2013 et 2018, travaille dans le même sens. « Nous venons de commencer à collaborer avec des artisans à Etsha, une partie très reculée du delta de l'Okavango. Il s'agit d'une communauté de femmes des tribus Bayei et Hambukushu : les Hambukushu sont descendues d'Angola pendant la guerre civile des années 1960, en tant que réfugiées, et ont apporté avec elles un savoir-faire particulier, qui s'est depuis intégré dans la région du Botswana et deux tissages les styles se sont mariés pour créer quelque chose de nouveau : ensemble, ils forment le Ngamiland Basket Weavers Trust. Nous avons développé une collection de paravents réalisés avec leurs matériaux et techniques traditionnels. "

Le produit qui en résulte fait partie de ce qu'Eva Sonaike décrit comme « traditionnel, mais d'une manière appropriée à la vie d'aujourd'hui ». C'est le désir d'intégrer son héritage culturel dans ses intérieurs qui a conduit Eva à créer sa marque. "Je suis d'origine ouest-africaine - de Yoruba - et j'aime ma culture. N'habitant pas là-bas, je voulais le ramener chez moi et faire partie de ma représentation de moi-même, et je ne suis pas seul. Maintenant qu'il y a la climatisation et que plus de gens vivent dans les villes (que ce soit à Lagos ou à Londres), il y a un énorme marché pour les intérieurs africains de luxe. » Et Yinka Ilori exprime son désir de raconter de nouvelles histoires dans le design moderne, en s'inspirant des textiles et des paraboles nigérians qui l'entouraient lorsqu'elle était enfant. « Nous sommes déjà venus ici », souligne Eva. « Yves Saint Laurent a fait une énorme collection ‘Africa’ en 1967, et cela a également influencé les intérieurs de l’époque, bien que moins d’histoire et de patrimoine soient passés à travers », poursuit Eva. Cette fois, il nous est très facile d'être mieux informés.

Sheila Bridges 'Harlem Toile est un commentaire social décoratif

Bonjour, je m'appelle Lucas et je suis passionnée de sports extrêmes, mais pas que !

J'adore également la musique et la décoration (surtout de mon appartement). J'ai l'intention de partager tous les aspects de mes passions au travers de ce blog personnel. 

A très vite !

Mes passions