Acro Concept

Ce que vous devez savoir avant de monter à bord d'un Thirteener

Écrit par yhxejdt
Le Sang blessé du Christ est plein de treize. Photo de Sarah Banks

Le guide du débutant pour escalader les treize du Colorado

Moins de monde et un risque plus élevé peuvent équivaloir à plus de plaisir, mais seulement si vous êtes prêt pour le voyage.


Suzanna Lourie connaît mieux que quiconque les hautes collines du Colorado. Guide de montagne basé à Silverton pour les guides de montagne de San Juan, amène des clients de randonnée et d'alpinisme à San Juan depuis plus de cinq ans. Mais lorsque la pandémie l'a empêché de conduire des gens dans le pays, il a passé son temps à atteindre les sommets de 13 000 pieds à 10 miles de son domicile. Elle estime en avoir conquis plus de 100. « Quand je conduisais à quatorze ans, ce n'était pas une option », dit-elle, « j'ai décidé de trouver quelque chose plus près de chez moi. Et ici, il en reste treize.

Mais le passage de la randonnée aux quatorze sentiers bien connus et bien utilisés du Colorado à l'escalade de ses jeunes frères et sœurs a été une expérience d'apprentissage, même pour la femme de plein air vétéran. "Attendez-vous à moins de monde et à moins d'informations", dit Lourie, expliquant que ces sommets n'ont presque pas de sentiers légitimes, très peu de signalisation et moins de rapports de voyage fiables en ligne. Cela ne veut pas dire que les débutants ne doivent pas commencer par ces sommets, mais cela demande un peu de préparation. Dans cette optique, nous avons demandé à Lourie de nous aider à détailler les compétences que vous devrez acquérir avant de mettre vos bottes sur la route.

Difficulté: La version bêta que vous trouverez lors de ces excursions est magnifique, alors quand quelqu'un vous dit que Coxcomb Peak (le voisin de Redcliff) est de classe 5, vous voudrez savoir ce que cela signifie. Les randonneurs utilisent le système décimal Yosemite pour catégoriser la difficulté et le risque associés à un sentier :

  • Classe 1 : C'est le chemin vers votre parc local. Bien balisés et à faible risque, ces sentiers sont rarement dangereux, mais ils peuvent tout de même offrir une montée difficile.
  • Classe 2 : C'est là que les choses commencent à empirer. Sur les sentiers de classe 2, soyez prêt à utiliser vos mains pour un meilleur équilibre, mais rien ne devrait être particulièrement dangereux pour votre sécurité. L'exposition à une chute est limitée.
  • Classe 3 : attendez-vous à utiliser vos mains dans une ascension de classe 3. Vous voudrez également vous mettre dans un nouvel espace de tête : une chute de ce type de terrain pourrait provoquer des fractures, alors prenez votre temps et concentrez-vous. . Les cordes ne sont pas nécessaires et vous devez savoir comment les utiliser efficacement, mais certains randonneurs voudront peut-être qu'elles se sentent plus en sécurité.
  • Classe 4 : Ces voies commencent à ressembler davantage à de l'escalade qu'à de la randonnée. Les cordes sont beaucoup plus courantes sur les routes de classe 4, car une chute peut être mortelle. Vous voudrez peut-être un casque.
  • Classe 5 : Escalade. C'est technique, c'est exposé, et il faut forcément des cordes et un casque. Lorsque vous vous rendez dans une salle d'escalade, vous verrez des itinéraires avec une gradation de 5,1 à 5,10 ou plus ; ces chiffres augmentent en fonction de la difficulté de la montée.

La navigation: Siri ne peut pas vous aider à trouver ce que vous cherchez ici, les amis. Vous devez savoir où vous allez et comment corriger le cap si nécessaire. "La classe 2 peut rapidement devenir la classe 3, si vous ne le faites pas", explique Lourie. Elle recommande de savoir lire et comprendre une carte des taupes. Il propose également de passer un peu de temps chez soi pour trouver toutes les informations possibles, ainsi que pour comprendre le tracé des montagnes dans lesquelles vous entrez. En d'autres termes, un randonneur ne doit pas seulement regarder le chemin qu'il espère emprunter ; doit être familier avec toute la région. Les experts en loisirs de plein air savent toujours dans quelle direction l'autoroute la plus proche pourrait aller, où trouver de l'eau potable et où ils pourraient demander de l'aide. "Je pense qu'à chaque fois je me suis trompé", dit Lourie, "c'est parce que je n'ai pas vraiment compris la carte prématurément."

Horaire: Le Peak-Bogging est une poursuite matinale. Pour éviter les orages de l'après-midi et les éclairs dangereux qui les accompagnent, vous voudrez vous éloigner du sommet et de toutes les lignes de crête élevées et exposées avant le début de l'après-midi. Inutile de dire que si vous grimpez toujours et que le temps semble risqué, faites demi-tour.

Emplacement de l'itinéraire : Alors que les randonneurs devraient consulter les cartes et obtenir des informations à partir des rapports de voyage à l'avance, cette recherche ne doit pas être considérée comme des commandements spécifiques. "Ne restez pas coincé dans votre version bêta", dit Lourie. Être à la montagne, c'est différent en train de lire d'être sur cette montagne. Vous voulez être prêt à envisager des itinéraires plus faciles, même s'ils ne correspondent pas à vos attentes. Vous devez détourner le regard de vos pieds pour pouvoir contempler le terrain et effectuer des ajustements en utilisant des informations du monde réel. Surtout, dit Lourie, « soyez prêt à gâcher » et soyez prêt à admettre quand vous pensez que vous vous êtes trompé. C'est bien pire de continuer sur une voie qui ne semble pas juste ou sûre pour tenter de protéger votre ego. Savoir quand vous vous êtes éloigné de la piste, vous arrêter pour vous éloigner, faire marche arrière ou faire des ajustements fait simplement partie de la recherche.

Révolte: Lorsque vous quittez le chemin et commencez à utiliser vos mains et vos pieds pour vous déplacer sur un rocher meuble, vous marchez officiellement. Surtout vers le haut de ces montagnes, où l'herbe ou la terre facilement balisée cède la place à des blocs et des éboulis, ne vous attendez pas à un chemin. Prenez votre temps sur ces surfaces délicates, vérifiez chaque étape et veillez à ne pas vous tordre la cheville.

Autosuffisance: Lourie suggère d'aborder chaque promenade comme si vous étiez seul, ce qui à treize ans pourrait être le cas. Connaître certaines des compétences fondamentales de la nature, telles que les premiers secours, et apporter l'équipement dont vous auriez besoin dans une situation de survie (voir une liste des éléments essentiels ici) sont absolument essentiels. Cela rappelle également aux novices qu'ils doivent toujours dire à quelqu'un où ils seront et quand ils s'attendent à être à la maison afin que la recherche et le sauvetage puissent savoir où chercher si le pire des cas se produit. Les débutants, dit-il, doivent également savoir qu'ils ne peuvent pas compter sur le service mobile, pour rien. Lourie transporte un appareil satellite, il y en a plusieurs sur le marché parmi lesquels choisir, ce qui vous permet d'appeler à l'aide en cas d'urgence. La conclusion : « Moins de personnes équivaut à plus de risques », dit Lourie, « mais aussi plus de plaisir ».

Bonjour, je m'appelle Lucas et je suis passionnée de sports extrêmes, mais pas que !

J'adore également la musique et la décoration (surtout de mon appartement). J'ai l'intention de partager tous les aspects de mes passions au travers de ce blog personnel. 

A très vite !

Mes passions