Acro Concept

Qu'est-ce que ça fait de gravir la plus haute via ferrata d'Amérique du Nord

Écrit par yhxejdt
Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Shauna Farnell

Aventure

Un écrivain détaille son expérience à la fin du «chemin de fer», qui a ouvert ses portes dans le bassin d'Arapahoe le 25 juin.


Je pensais qu'une via ferrata dans le domaine skiable d'Arapahoe Basin ne serait pas une promenade dans le parc; il n'y a rien à la station, célèbre pour ses pistes de ski escarpées et ses compétitions de sports d'hiver extrêmes. Pourtant, il s'est avéré que la nouvelle expérience d'escalade de A-Basin, la plus haute via ferrata d'Amérique du Nord, est beaucoup plus difficile et excitante que je ne l'imaginais.

L'aventure consiste en une ascension guidée de 800 pieds (je veux dire, vraiment verticale) sur les falaises de granit de la paroi est du bassin. Après avoir grimpé au sommet au-dessus de 13 000 pieds, vous pourrez profiter d'un pique-nique gastronomique au sommet, avant de faire demi-tour pour descendre un itinéraire similaire au point de départ ci-dessous.

Lorsque je me suis présenté avec les provisions recommandées (manteaux chauds, imperméable, chaussures résistantes, gants, eau et crème solaire), la via ferrata était ouverte depuis quatre jours, dont deux ont été réduits par les violents orages de l'après-midi. Comme quelqu'un qui n'aime pas les hauteurs et avec une expérience minimale de l'escalade, j'ai un peu hésité.

Cependant, mon anxiété de novice s'est calmée momentanément lorsque j'ai appris qu'aucune expérience préalable n'était nécessaire et que même les enfants de 12 ans sont autorisés. J'ai également été brièvement soulagé de découvrir que mon groupe comprenait un grand-père californien de 76 ans. Bob (grand-père) traitait sa belle-fille (Bonnie) et sa petite-fille d'âge universitaire (Phoebe) avec sa première expérience de via ferrata. Il n'a pas fallu longtemps, cependant, avant que je découvre l'impressionnante histoire d'alpinisme de Bob et son statut de membre audacieux de la famille. Il a passé sa vie à escalader de hauts sommets à travers le monde, dont 62 sommets du mont Whitney de 14 500 pieds.

C'est le genre de grand-père qui se montre pour ce genre de chose. Et bien qu'une expérience préalable de via ferrata ne soit pas nécessaire, un certain niveau de condition physique de base, sans parler du sable, l'est absolument.

Après une balade en télésiège demi-montagne et une balade en VTT plus haut sur la voie de service de la station de ski, ils nous ont déposés à environ 12 000 pieds pour commencer notre aventure. McKenzie, un jeune originaire du Colorado avec des compétences évidentes en plein air telles que de grandes réalisations d'escalade et une expérience de la randonnée, a servi de guide. Elle est la seule femme guide de via ferrata parmi l'équipe de huit personnes du bassin A. Équipés de baudriers, de mousquetons et de casques d'escalade, nous avons tous les cinq (le maximum autorisé par groupe) commencé à remonter la haute toundra vers les falaises colossales. Nous avons marché de rocher en rocher à travers des champs de pentes et de congères persistantes, évitant soigneusement les bouquets colorés de fleurs sauvages vibrantes poussant dans la mousse et souriant aux grincements intermittents des marmottes et des piques.

L'aspect le plus difficile d'une via ferrata est peut-être que votre sécurité est complètement auto-régulée. Vous êtes responsable d'attacher les mousquetons de votre harnais à un câble après l'autre le long du parcours. En cas de glissade, cela empêche ce qui pourrait être une chute de 600 pieds jusqu'à une mort sûre en dessous. Vous faites essentiellement de l'escalade à l'aide de marches en fer et d'orteils cimentés stratégiquement sur la falaise le long du chemin (en italien, via ferrata se traduit par «chemin de fer»).

Un échantillon des belles vues le long de la nouvelle via ferrata du bassin A. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Shauna Farnell

Il est immédiatement devenu évident que le placement des marches et des points d'appui laissait beaucoup de place au défi. Il y avait de nombreux endroits où il était nécessaire de monter (et plus tard de descendre) en plaçant soigneusement un pied ou une main dans une étroite crevasse pour le soutenir, en chevauchant des corniches d'un pouce de large, en me saisissant par des poignées naturelles et en se levant à la prochaine marche ou saisir. Mckenzie, optimiste et positif, a été utile en fournissant des informations sur les meilleures lignes et mouvements dans les sections difficiles tout au long du voyage, ce qui a été rendu plus difficile par la construction inquiétante de nuages ​​noirs au-dessus.

À un moment donné, tout un troupeau de chèvres de montagne nous a regardés d'en haut et, selon les instructions, nous avons dû crier. Roche! à quelques reprises pour avertir les autres ci-dessous des fragments lâches tombant des falaises, y compris quelques morceaux terriblement gros.

En raison de la concentration et de la concentration intenses requises, sans parler des vues panoramiques à vol d'oiseau sur les pentes, la division continentale et les sommets environnants de 14 000 pieds (y compris Grays et Torreys), l'ascension de trois heures s'est écoulée.

En raison du ciel sombre, nous ne sommes pas restés beaucoup au sommet. Mais nous avons pris quelques minutes pour profiter du pique-nique - un apéritif pour du pain grillé, du fromage, des olives, des amandes et du salami qui a embarrassé mon casse-croûte habituel en altitude : du beurre de cacahuète râpé et de la gelée. Assis sur la toundra moussue, nous avons également vu les murs vertigineux que nous venions de gravir.

Puis vint la descente, qui s'avéra être le véritable défi. Alors qu'à la montée, même les plus acrophobes d'entre nous pouvaient se concentrer sur la tâche immédiate à accomplir (le rocher, la marche et le câble directement en vue), à ​​la descente, il était impossible de bloquer les 800 pieds d'air libre et un terrain de la taille d'une fourmi en dessous, d'autant plus que la roche et le métal sont devenus de plus en plus glissants avec les précipitations glacées.

Bien que l'itinéraire de descente soit un peu plus fluide que l'ascension, il y a eu des tronçons au cours desquels nous avons dû lever le ventre contre la roche mouillée, saisissant le câble de toutes nos forces et de tout notre poids. Dans deux sections, les compétences d'escalade et l'équipement de McKenzie ont été utiles car il nous a mis sur des cordes de sécurité individuelles pour sauvegarder les murs glissants.

Alors que la radio de McKenzie sonnait avec des mises à jour sur la tempête (heureusement, la foudre est restée à plusieurs kilomètres), nous sommes lentement descendus, la descente totale atteignant plus de trois heures. Des manteaux chauds, des gants et une veste de pluie ont été utiles, car nous étions tous complètement trempés et couverts de boue lorsque nous nous sommes blottis dans la banlieue délicieusement chaude pour descendre la montagne. Tout le monde est resté de bonne humeur. Bonnie a plaisanté en disant que ce ne serait pas une aventure avec son beau-père s'il n'y avait pas un élément qui défiait la mort, et même Bob a admis que de ses décennies d'exploits d'alpinisme, ce n'était que fascinant.

Maintenant que j'ai expérimenté une via ferrata, je peux dire avec certitude que le chemin de fer A-Basin n'est certainement pas pour les âmes sensibles. Mais cela ne veut pas dire que je ne veux plus recommencer.

(Lire la suite : Nouvelles aventures estivales dans les montagnes du Colorado)

Bonjour, je m'appelle Lucas et je suis passionnée de sports extrêmes, mais pas que !

J'adore également la musique et la décoration (surtout de mon appartement). J'ai l'intention de partager tous les aspects de mes passions au travers de ce blog personnel. 

A très vite !

Mes passions